Plan de course


[image] 1

Légendes nord-amérindiennes
Artiste Françoise Freynet
Date de création mars 2006
e e e
Niveau 4 , 5 , 6
Sujet Études sociales
Thème
Leçon d’études sociales sur l’importance des légendes chez les Micmacs d’Amérique du nord.
Phrase descriptive
Les élèves apprennent des idées au sujet de la légende nord-amérindienne « Comment le crapaud et
le porc-épic ont perdu leur nez ». Chez les Autochtones, les légendes enseignaient des notions sur
les valeurs et les comportements acceptables dans la collectivité. Les élèves font des illustrations qui
décrivent les scènes de la légende. Ces dessins sont ensuite découpés pour être accrochés aux murs
sous forme de murale.
Programme scolaire ou attentes
Veuillez vous reporter à la page précédant ce site pour lire les attentes et résultats de votre province ou
territoire.
Matériel
" Feuilles de papier à dessin de différents formats
" Crayons, crayons-feutres et crayons de couleur de bois
" Aquarelle, peinture Tempera et eau dans des pots de yaourt en plastique
" Pinceaux de différentes tailles
" Serviettes en papier
" Papier collant
" Feuilles de brouillon pour pratiquer les dessins
" Grande feuille de papier kraft pour servir de fond à l’arrière-plan de la murale
Espace requis
Salle de classe avec espace dégagé pour la préparation d’une murale
Activités préparatoires
" Parler aux élèves de la culture nord-amérindienne des Micmacs, de l’importance des légendes. Quel
était le but des légendes. Qui les racontait? Qui les écoutait? Comment étaient-elles transmises de
génération en génération? Quand étaient-elles racontées? Comment les Nord-Amérindiens en
gardaient-ils la trace? Étaient-elles écrites?
1



[image] 2

" Lire ou raconter la légende ci-dessous aux élèves. Leur demander de la résumer oralement et par
écrit et d’en relever les principaux éléments.
" Les élèves écrivent sur papier ou au tableau la liste des éléments importants de la légende : les
personnages, les objets, le scénario, les problèmes, les solutions, les plantes, les animaux, le
décor, le paysage et d’autres éléments qui les intéressent.
" Montrer aux élèves des photos ou dessins des éléments de la légende : dessin de crapaud, de porc-
épic, de tortue, de sorte que quand c’est leur tour de dessiner, ils savent à quoi ressemble le
personnage. Ces dessins ou photos peuvent rester exposés sur un mur pour aider les élèves
lorsqu’ils font leurs dessins.
Veuillez prendre un moment et visionner le clip
intitulé « Dessin des personnages »
Développement
Dessins des personnages de la légende
" D’après la liste des personnages et d’autres éléments de la légende qu’ils ont faite auparavant, les
élèves dessinent ces éléments sur papier à dessin avec un crayon bien taillé. Ils peuvent pratiquer
leurs dessins d’abord au tableau et sur feuille de brouillon, en se basant sur les photos et dessins
exposés.
" Pour dessiner le crapaud, ils s’assurent de donner une peau bien texturée à l’animal, avec des
verrues et des pattes palmées, et de lui donner une forme bossue.
2



[image] 3

" Les élèves représentent la fourrure du porc-épic qui se transforme en piquants en partant de la peau
de l’animal avec un crayon et en allant vers le bout de l’épine, ce qui permet de donner une forme
effilée à chaque piquant. Ils vont ainsi de l’intérieur à l’extérieur de l’animal. Les poils et piquants
sont plus courts près de la tête et plu longs vers l’arrière du corps.
Veuillez prendre un moment et visionner le clip
intitulé « Compléter les personnages »
" Les élèves colorient leurs dessins avec des crayons-feutres, des crayons de couleur, ou de la
peinture. S’ils veulent faire un coloriage précis, c’est plus facile avec des crayons de couleur de bois.
On peut colorier en brun moyen d’abord pour les contours du porc-épic et ensuite donner du relief
avec des tons plus foncés. Il est important de toujours colorier dans la même direction. Il est bon de
dire aux élèves de ne pas s’inquiéter s’ils dépassent les contours de l’animal, puisqu’ils vont le
découper plus tard.
" Afin d’ajouter divers effets aux dessins, on peut ajouter du vert foncé au crapaud, ce qui va
accentuer les verrues et faire des taches sur les cuisses. Pour donner un effet de 3 dimensions, on
peut dire aux élèves de colorier l’arrière du corps avec un vert plus foncé.
" On peut utiliser un brun plus foncé pour colorier autour de l’œil du porc-épic et faire les moustaches
en brun assez épais pour pouvoir les découper facilement. Les piquants sont coloriés avec un
mélange de noir et de blanc. Vu que le porc-épic se transforme en femme dans la légende, il est
approprié de lui ajouter des cils pour créer cet effet.
3



[image] 4

Découpage des personnages de la légende
" Une fois les personnages et autres éléments de la légende dessinés et coloriés, les élèves les
découpent et les agencent (sans les coller) sur une table ou une grande feuille sur le plancher pour
voir comment les placer pour la préparation finale sur la murale. Ils décident aussi de la sorte de
paysage et des couleurs du fond sur ce grand papier : le décor, les arbres, les montagnes, les
habitations, les gens, etc.
Application
Veuillez prendre un moment et visionner le clip
intitulé « Dessiner l’arrière-plan »
Préparation du fond sur grand papier
" Après avoir décidé des éléments qui doivent figurer sur le fond de la murale, les élèves le dessinent
au crayon en appuyant légèrement sur la grande feuille de papier kraft.
" La première chose à dessiner est la ligne d’horizon, un peu au-dessus de la moitié de la feuille, à la
hauteur des yeux de l’observateur.
" Comme les Micmacs vivaient là où il y avait des collines et de l’eau, faites dessiner ensuite les
collines au-dessus de la ligne d’horizon, une baie, la plage, des rochers, etc. Dans le ciel ajoutez des
nuages dont le dessus est arrondi et le bas est horizontal et droit.
" Faites ajouter des détails dans le ciel, tels que des oiseaux de mer.
" Faites dessiner un tipi pas loin de la plage, mais gardez ces éléments assez simples car vous voulez
laisser de la place pour les personnages découpés.
Veuillez prendre un moment et visionner le clip
intitulé « Peinturer l’arrière-plan »
" Avec de la peinture Tempera, les élèves peignent le fond de la murale, en gardant le papier bien plat
et en évitant de mettre trop d’eau dans la peinture.
" Il est bon de peindre en partant de l’arrière-plan et de se rapprocher de l’avant-plan, en coloriant les
gros éléments d’abord. Dites aux élèves que l’on part toujours du général pour aller vers le détail.
" Les élèves commencent à peindre le ciel avec un mélange choisi de bleu et de blanc, en utilisant un
gros pinceau. Les élèves s’assurent que le pinceau est bien imbibé car la surface à peindre est
grande. Ils peignent avec des gestes amples, de droite à gauche et de gauche à droite. Ils peuvent
peindre par-dessus les nuages qui seront redessinés une fois la peinture du ciel sèche.
" Après le ciel, les élèves peignent les collines, puis l’eau et la plage. Afin de bien donner une
impression de perspective, l’avant-plan de la plage est fait en dernier (élément de superposition).
" On attend que la peinture soit bien sèche.
" Il est bon d’avoir à proximité un récipient d’eau propre afin de nettoyer les pinceaux et les taches
accidentelles.
" Après avoir peint les grosses surfaces, les élèves y ajoutent les détails avec des pinceaux plus fins et
de petits coups de pinceaux plutôt que de gros mouvements. Ainsi, ils peignent des détails sur les
4



[image] 5

collines avec de la peinture noire à petits coups de pinceau fin, ce qui permet de donner un effet de
perspective et relief. Si on place le soleil, ils doivent s’assurer que les ombres soient toujours du
même côté.
" Afin de montrer le sable mouillé près de l’eau, on ajoute du brun plus foncé que le sable.
" Une fois le ciel sec, on ajoute les nuages avec un pinceau fin et de la peinture blanche. Les goélands
sont peints en forme de V avec de la peinture blanche sur l’intérieur du V.
Veuillez prendre un moment et visionner le clip
intitulé « La murale »
Collage des éléments sur la murale
" Les élèves replacent les personnages et autres éléments sur le papier sec. Quand leur place finale a
été décidée, ils collent ces éléments sur la murale et attendent qu’ils soient secs. Si on veut que la
murale soit interactive, on peut lcoller de façon non permanente avec un petit rouleau de papier-
collant les différents éléments découpés par les élèves : le tipi ou chambre du conseil, Glooskap, le
crapaud, le porc-épic, la tortue qui préside les conseils, et d’autres animaux présents à la chambre,
tels que papillons, aigles, loups, bernache.
" Pour le collage des personnages, il est bon de placer Glooskap de manière que ses yeux soient au
niveau de la ligne d’horizon. Les autres éléments sont collés au-dessous.
" Une fois sec, les élèves décident des rajouts et détails à faire entre les personnages sur le fond, de
façon à bien équilbrer le tableau et à bien représenter toute la scène de la légende.
Affichage de la murale
" La murale est dressée sur un mur approprié de l’école ou de la classe. Les autres classes sont
invitées à visiter l’exposition et les élèves ont le rôle de guides expliquant le tableau et les
personnages de la légende.
" Si les élèves décident de jouer une scène de la légende, ils peuvent bouger les personnages collés
légèrement sur le papier, tout en exprimant oralement les répliques de la scène.
" Rédaction de la légende par les élèves
" Les élèves par groupes de deux ou trois écrivent la légende sous forme de dialogue.
" Ils pratiquent l’apprentissage de leur dialogue et le présentent à la classe.
Conclusion
" Les élèves ont appris que la légende est une façon importante de communiquer chez les Nord-
Amérindiens. Ils peuvent discuter de l’importance de cette forme. Communique-t-on comme cela
maintenant? Quelles sont les autres formes de communication possibles?
" Faire entamer une discussion avec les élèves sur le fait que la légende est une forme de
communication dans diverses civilisations. Connaissent-ils des légendes issues de leurs origines?
Ressources
Il y a beaucoup à dire sur le folklore qui montre que les Autochtones Micmacs avaient le sens de
l’humour. Voici une telle légende : Comment le crapaud et le porc-épic ont perdu leur nez.
5



[image] 6

Glooskap dit à son oncle, la Tortue, de préparer un festin, ce que la Tortue a fait. Après ça la Tortue a
commencé à comploter contre Glooskap. Ce dernier voulait à tout prix savoir ce qui se passait dans les
conseils que la Tortue présidait avec les autres animaux. Alors, afin de contourner leurs trucs, il s’est
changé en vieille femme et s’est dirigé vers la chambre du conseil. À la porte, il a rencontré une autre
femme, le Porc-épic, assise d’un côté, tandis que le Crapaud aussi transformé en femme était assis de
l’autre côté.
Glooskap a demandé au Porc-épic ce que tout cela signifiait. La réponse fut : « Ce n’est pas de tes
affaires! » Alors Glooskap saisit le nez du Porc-épic entre ses doigts et l’arracha. Enragé, Glooskap se
retourna vers le Crapaud et lui posa la même question à laquelle il reçut la même réponse qu’avant. Il
fit la même chose au crapaud. Dès que la vieille femme fut partie, le Porc-épic dit au Crapaud : « Où est
ton nez? » . Le Crapaud lui répondit : « Où est le tien? ». Ils comprirent alors tous les deux que la
vieille femme était en fait Glooskap.
6